Lecture

Gueule D’Amour

20 mai 2015

Gueule d’Amour d’Aurélien Ducoudray et Delphine Priet-Mahéo

gueule-d'amour-priet-maheo-ducoudray

A la fin de la Première Guerre Mondiale, de nombreux hommes mutilés au visage par des éclats d’obus ou des tirs doivent rentrer chez eux et tenter de reprendre une vie avec ce nouvel aspect…

 

Bande dessinée découverte l’an dernier lors de l’exposition BD et Histoire « L’arrière » aux Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine, Gueule d’Amour traite d’un sujet assez méconnu et pourtant emblématique de la Grande Guerre, les Gueules CasséesSur plus de 4 millions de blessés de retour du conflit, ces hommes étaient entre 10 et 15000.

A travers une histoire assez banale, on découvre dans ce livre la difficulté pour ces hommes de retrouver leur place dans la société mais aussi et avant tout dans leur propre famille.

gueule-d'amour-planche

Dans son scénario, Aurélien Ducoudray exprime bien toute la complexité de la réinsertion de ces soldats qui doivent avant tout passer par une acceptation de soi. Bêtes de foire, objets de dégoût, ces mutilés ont du faire face à une société loin d’être prête à les accueillir. Et le dessin de Delphine Priet-Mahéo retranscrit bien, dans le fait vif et crayonné, l’état d’esprit assez flou et dérouté dans lequel devaient se retrouver ces soldats.

Au travers du personnage de cette BD, on découvre un autre aspect de ce retour à la vie. Une envie de ne pas se conformer aux attentes d’un gouvernement victorieux et de ne pas incarner en héros, une guerre subie aussi bien sur le plan psychologique que physique. Cet homme cherche alors à exister coûte que coûte à travers des actes pas toujours empreints de gloire.

Cet ouvrage de fiction apporte une histoire bien documentée sur ce sujet. En postface, on trouve d’ailleurs quelques pages très intéressantes pour comprendre le parcours de ces soldats au sortir de la guerre, qui apportent un complètement fort utile au récit.

Gueule d’Amour est une histoire poignante et sans concession sur la vie de ces « faces mutilées » qui avaient tout à réapprendre dans une société bouleversée et meurtrie. Un formidable témoignage.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply My Little Discoveries 20 mai 2015 at 11 h 08 min

    Cette BD me fait penser au roman de Pierre Lemaître, « Au revoir, là-haut »… Tu l’as lu? Il te plairait beaucoup je pense!

    • Reply lalydo 21 mai 2015 at 10 h 24 min

      J’ai très envie de le lire mais j’avoue que j’attendais la sortie poche. Maintenant que c’est sorti, je crois que je vais me ruer dessus prochainement!
      Bisous

  • Reply Céline 20 mai 2015 at 12 h 50 min

    Je note, comme d’hab 😉 merci !

    • Reply lalydo 21 mai 2015 at 10 h 25 min

      Elle devrait te plaire, les dessins sont vraiment exceptionnels.
      Bises

  • Reply Koalisa 20 mai 2015 at 18 h 17 min

    Ca a l’air chouette ! Bisous.

    • Reply lalydo 21 mai 2015 at 10 h 26 min

      Une très belle BD en effet. ET puis ce thème est rarement évoqué, il est bon de le mettre en avant.
      Bises

  • Reply Arwen 22 mai 2015 at 19 h 15 min

    j’ai vu un film sur ce sujet : pas moyen de me rappeler du nom ^^

    • Reply lalydo 27 mai 2015 at 19 h 54 min

      La chambre des Officiers peut être?

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.