Lecture Saint-Brieuc et sa Baie

Tu L’Écris, Je Le Crie

15 mai 2019

Tu l’écris, je le crie de Gaspard Verdure

tu l'écris je le crie

« Saint-Brieuc, tu l’aimes ou tu l’habites ! ». « Aujourd’hui il fait moche ». Durant 6 ans dans le centre de Saint-Brieuc, Gaspard fut crieur de rue. Le samedi, il déclamait les coups de coeur et les coups de gueule des briochin.e.s lors du marché hebdomadaire. « Tu l’écris, Je le crie » retrace ces moments partagés.

 

De 2011 à 2017 Gaspard Verdure, sous le pseudo de Gaspard Hazard, a occupé l’espace public le samedi en remettant sur le devant de la scène un métier depuis longtemps tombé aux oubliettes : le crieur de rue. Lors du marché, sous les anciennes halles, il a débité des bouts de vie des habitants de Saint-Brieuc. Les messages laissés dans différents endroits de la ville à son intention étaient un concentré de petits moments partagés avec le public. En compagnie des Éditions Les Archives Dormantes, l’artiste a pioché parmi les 6000 messages criés durant 6 ans pour n’en retenir que 408 et ainsi les réunir dans Tu l’écris, Je le crie, un recueil de 160 pages.

Tantôt drôles, tendres, engagés, émouvants, poétiques et même parfois totalement anodins, ces petits billets représentent des tranches de vie de la ville à travers cette parole collective et diversifiée. Regroupée selon des thématiques approchantes, la lecture se pioche aussi au hasard des pages en butinant ces instants qui se voulaient éphémères et sont désormais figés dans ce livre.

Gaspard, ton miroir de vie
rend pour un jour
les gens plus gentils.

J’ai trouvé l’amour !

Un Briochin sinon rien !

La première fois,
on ne s’en défait
jamais vraiment.

Je ne connaissais Gaspard que de nom, ne l’ayant jamais vu crier sur son escabeau, armé de son porte-voix. C’est donc pleine de curiosité que je me suis plongée dans cette lecture qui s’est révélée être ponctuée de très jolis moments. Sans connaître les auteurs de ces missives, on partage un peu d’eux à travers quelques mots ancrés (encrés) sur ces pages. Cette parole souvent libre puisque anonyme est le magnifique reflet d’une population et d’une société, porté par un projet artistique vivant et 100% briochin. A mettre entre toutes les mains !

 

Tu l’écris, Je le crie
Gaspard Verdure
Les Archives Dormantes
10,00 €

 

Un grand merci à Léna Jestin, des Archives Dormantes, pour cette lecture criante de vie !

 

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply lizagrece 15 mai 2019 at 9 h 11 min

    Superbe initiative !

  • Reply Charlène 15 mai 2019 at 20 h 49 min

    L’idée est vraiment excellente ! Il faudrait pouvoir voir revenir plus souvent d’anciens métiers ou pratiques… c’est très intéressant je trouve

  • Reply Laurence 16 mai 2019 at 10 h 54 min

    Quelle belle idée ! Le crieur de rue, cela semble tellement d’une autre époque …

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.